Loudness

Normes de volumes en Audio, Fin de la Loudness War...

Evan hays by E. Hays le 12 Mai 2018
Prod

La guerre du volume (Loudness War), aussi appelée la course au volume, décrit en la critiquant une pratique de l'industrie du disque et des stations de radio et de télévision tendant à réduire la dynamique sonorepour augmenter la sensation subjective de volume sonore (sonie) tout en gardant le même niveau maximal lors du mastering des albums et de leur diffusion radiodiffusée ou télévisuelle.

Cinq facteurs suffisent pour expliquer cet état de fait :


1. le niveau maximal ne peut dépasser les capacités du média ;
2. très peu d'artistes et de producteurs sonores acceptent de sonner moins fort que les autres ;
3. grâce aux appareils portables, on écoute désormais la musique dans des environnement bruyants (transports en commun avec les baladeurs, automobile) où la dynamique sonore possible est réduite ;
4. une partie du public utilise la musique, la radio ou la télévision uniquement pour masquer les autres bruits (musique d'ascenseur) ;
5. l'industrie électronique a produit les instruments pour comprimer la dynamique et augmenter la sonie automatiquement.

Cependant depuis peu, les grosses plateformes de streaming (Youtube, Soundcloud, Spotify, Itunes...) possèdent toutes un système de normalisation basé, non plus sur le niveau peak mais sur le niveau moyen rms. Ainsi dans le cas de deux morceaux, l'un plus fort ( et donc + compressé avec - de dynamiques ) et l'autre moins ( - compressé + de dynamiques ) , le moins fort ( sous réserve d'être autour du seuil de normalisation de la plateforme ) sonnera potentiellement mieux.

Aujourd'hui des plugins existent même pour pouvoir checker directement à l'étape de mastering comment le morceaux sonnera sur telle ou telle plateforme de streaming sans avoir à exporter le morceau ou sortir du DAW. Nugen, Mastercheck

Tout ces faits, pour en venir à une question plus complexe : à quels niveaux devrait-on exporter nos tracks ? Et même à quel niveau travailler selon les étapes ? à quel niveau écouter le son quand vous travaillez ?

Avant de commencer clarifions nos unités de mesures : dB fs rms > Niveau moyen rms numérique dB fs peak > Niveau peaks numérique dB SPL > Niveau sonore en pression atmosphérique LUFS > Loudness Units numérique ( mesure sur l'intégralité du programme audio )

Avec ceci en tête, les plateformes de streaming normalisent aujourd'hui entre -16 et -12 LUFS en moyenne (contre -23 LUFS pour la TV/Cinema). C'est donc à ce niveau qu'il faudrait dans l'idéal exporter vos masters pour de la distribution numérique. L'idée est d'exporter au niveau le plus adéquat pour préserver la qualité de l'enregistrement et que ça sorte le mieux possible sur le medium de diffusion.

Parallèlement, voici quelques petits conseils de gestion des volumes pour éviter de sur- ou sous-moduler lors des différentes étapes de votre réalisation.

- Trouvez le niveau d'opération de votre carte son, si celle-ci est professionnelle vous devriez obtenir un niveau égal à +4dbU soit 1,228 Volts (contre du consommateur -10 dBV = 0,3162 Volts ).

L'idéal serait de prendre un voltmètre aux bornes de la sortie de la carte son et mesurer à quel emplacement le bouton du gain de la carte son envoi 1,228 volts lorsque vous générez du bruit rose à -14 dBfs dans le logiciel. Une fois l'emplacement trouvé, faites une marque et n'utilisez plus votre interface audio qu'à ce volume là, c'est son niveau d'opération. ( Vous pouvez également regarder sur internet si quelqu'un à déjà fait le test pour vous ou si le fabriquant la précisé dans les specs. )

Une fois le niveau d'opération de votre carte son trouvé, régler vos speakers en conséquence afin d'atteindre – normalement 85 dB SPL – mais si vous avez une pièce plus petite autour de 60 dB SPL toujours avec du bruit rose diffusé à -14 dB fs dans le logiciel en mesurant à l'emplacement de votre tête.

- Votre volume d'écoute/ de travail est maintenant fixé et si vous ne le faisiez pas avant vous devriez vous y tenir maintenant. À partir de là et en se basant sur les valeurs d'export final ci-dessus ainsi qu'en prenant pour acquis que nous travaillons sur de la musique électronique voici quelques petites normes de volumes qui découle d'une logique simple : le Head Room. C'est à dire laisser de la place pour les prochaines étapes.

Pre-mix > Environ entre -16 et -12 dBfs (souvent le niveau d'entrée optimal des plugins est autour de -14 dBfs) Post-mix > Environ entre -12 et -8 dBfs Post-Master > Environ entre -9 et -6 dBfs

En parlant en niveau rms lorsque le kick/bass joue soit les parties « chargée » de l'arrangement.

Bien entendu ces chiffres ne sont que des conseils et mes normes, ou plutôt repères personnels . Libre à vous d'en faire ce que vous souhaitez :)

Copyright © 2018 Evan Hays. All rights reserved to their authors.